INGRÉDIENT

Absolue de tonka (Dipteryx odorata)

Dipteryx odorata

Parfum doux
44
Produits avec cet ingrédient

L'absolue de tonka est un ingrédient de valeur utilisé en parfumerie pour son arôme doux et réconfortant. Elle aide aussi à réduire les inflammations.

Description

Description

Une fois le fruit mûr, les graines sont retirée et trempées dans de l'alcool. Une fois qu'elles ont gonflé, elles sont laissées à sécher. Un dépôt blanc se forme alors à la surface : en 1820, ce dépôt a été identifié comme étant de la coumarine.

A température ambiante, l'absolue est un matériau solide brun qui a un arôme sucré proche de la vanille.

L'absolue de tonka est obtenue à partir des graines du Dipteryx odorata. Ce grand arbre appartient à la famille des Fabaceae et produit des fruits de couleur noire. Il pousse à Costa Rica, au Brésil et au Pérou.

 

Aperçu

Aperçu

Bienfaits
Produit un parfum délicieux
Date de récolte
May and December
Origine
Brésil
Absolue de tonka (Dipteryx odorata) - Présent dans ces produits :
44
Produits avec cet ingrédient
Absolue de tonka (Dipteryx odorata) - Présent dans ces produits :
Crème de rasage
Adoucissez votre journée
9,95 €
100g
all-good-things-perfume
Parfum
Baisers d'adieu doux-amers
39,00 €
30ml
Exclu web
Fun
Un plongeon dans l'enfance
7,95 €
Pièce
rainbow
Fun
Toutes les couleurs de l'arc-en-ciel dans votre monde
13,50 €
350g

NOTRE SÉLECTION

Fous de la fève tonka : un ingrédient qui sauve la forêt tropicale

Si vous pensez à la forêt amazonienne, vous pensez probablement d’abord à ses arbres, à sa grande variété d’oiseaux tropicaux et autres animaux – jaguars, tapirs, singes et toutes sortes d’insectes. Ou peut-être pensez-vous à la déforestation ? Ces dernières années, nous sommes devenus de plus en plus sensibles à la menace qui pèse sur la plus grande forêt du monde.

En tout cas, vous ne pensez probablement pas à la fève tonka, un ingrédient au parfum sucré utilisé dans les glaces, les desserts ou autres arômes. Mais au Brésil, au cœur de la forêt amazonienne, des communautés indigènes cultivent cette fève aromatique, qui constitue non seulement pour eux une source de revenus supplémentaire, mais aide aussi à protéger les arbres de la forêt amazonienne contre le déboisement et la mise en place d’élevages, de mines ou d’exploitations forestières.

La fève tonka est le fruit du teck brésilien, un arbre imposant de la famille des Fabacées qui peut atteindre 30 mètres de haut. Cette fève est utilisée de façon variée dans les produits alimentaires, les parfums ou les médicaments. Sa récolte est non destructrice et elle pousse à proximité de plantes et de végétations variées. Les communautés indigènes locales récoltent et font sécher cette fève parfumée pour s’assurer une source de revenus supplémentaire, tout en aidant à protéger et à régénérer la forêt amazonienne.

La forêt amazonienne est la plus grande forêt tropicale du monde. Elle s’étend sur huit pays d’Amérique du Sud, mais le Brésil englobe à lui seul 80% de la forêt. Elle est essentielle à la subsistance de millions de personnes – en particulier les populations indigènes – auxquelles elle permet de produire de la nourriture, des ressources et des médicaments. Malgré cela, ces 40 dernières années, la forêt amazonienne a été réduite d’un cinquième. Pour aider à la protéger, des législations et protections gouvernementales ont été mises en place, et le taux de déforestation a diminué depuis 2004. Toutefois, la gouvernance n’est pas toujours des plus fortes à travers la région, et la forêt continue d’être victime de la déforestation.

Peu étonnamment, les zones où la forêt est la plus dense sont celles où résident les communautés indigènes ; ces régions sont protégées afin de ne pas être affectées par le reste du monde. Les populations indigènes étant les seules légalement autorisées à abattre des arbres dans la forêt, les zones dans lesquelles elles sont installées continuent de prospérer.

Au Brésil, les territoires indigènes constituent des zones protégées par la loi, ce qui signifie que les populations indigènes bénéficient d’un droit permanent et exclusif de conservation de leurs terres traditionnelles. Aucune personne venue de l’extérieur ne peut légalement pénétrer en territoire indigène sans autorisation du gouvernement fédéral ; l’accès est aussi interdit aux industries, qui risqueraient de détruire l’écosystème forestier, essentiel à la survie et à la culture des populations indigènes.

“En territoire indigène, la forêt est beaucoup plus riche que sur les terrains non protégés”, explique Lívia Fróes, de l’équipe Achats de Lush. “Hors de la zone protégée, les fermes et les monocultures rendent l’Amazonie méconnaissable ; mais à l’intérieur, on retrouve les arbres qui caractérisent la forêt tropicale. C’est là que commence le territoire indigène. La distinction est particulièrement marquée.

“Comme le territoire indigène est protégé par la loi fédérale, les exploitations agricoles de soja, ou autres monocultures, ne peuvent pas s’étendre indéfiniment. Cette protection fait office de bouclier. Personne n’est autorisé à pénétrer sur ce territoire pour y couper des arbres ; seules les populations indigènes sont autorisées à y vivre.”

Toutefois, ces régulations ne suffisent pas à protéger complètement la forêt. La région est vaste et la loi n’est pas appliquée de manière optimale partout. Par ailleurs, les menaces qui pèsent sur les territoires indigènes continuent de s’intensifier : le déboisement illégal, l’exploitation minière de l’or, la construction de barrages hydroélectriques, et même les tensions politiques internes constituent une menace pour ces territoires.  

Pour lutter contre ces risques, certaines organisations non gouvernementales travaillent avec des tribus indigènes pour leur donner les moyens de protéger leurs terres contre les menaces.

“Les populations indigènes sont la clé d’un avenir sûr pour le Brésil et pour le monde”, déclare Adriano Jerozolimski, de la Protected Forest Association. “Au Brésil, il existe 252 peuples indigènes, qui possèdent un éventail considérable de connaissances sur les forêts, les rivières et différentes formes d’organisation ; ces connaissances peuvent, et sont déjà en train d’inspirer les prochaines étapes du développement des sociétés locales et internationales.

“En analysant les zones forestières et les rivières préservées aujourd’hui, la constatation est évidente : là où il y a des populations indigènes ou traditionnelles, il y a des forêts ! Les populations traditionnelles jouent un rôle clé dans la conservation et même le développement de la biodiversité.”

L’une des stratégies les plus importantes consiste à aider les communautés indigènes à avoir accès aux marchés pour y commercialiser leurs produits alimentaires cultivés sans déboisement et dans le respect du développement durable. Cela leur permettra de générer les revenus nécessaires à l’achat des produits manufacturés dont ils dépendent aujourd’hui, depuis qu’ils sont en contact avec la société extérieure. Les ONG jouent un rôle important de regard extérieur : elles expliquent aux groupes indigènes la culture capitaliste qui leur est étrangère, ainsi que la nature des menaces auxquelles ils font face.

Les revenus durables obtenus grâce aux produits issus de la forêt sauvage, comme la fève tonka, ainsi que les informations et le soutien permettant une surveillance du territoire, sont les clés de la préservation des terres et cultures indigènes dans cet immense territoire qu’est l’Amazonie brésilienne.

Les fèves tonka utilisées dans les produits Lush proviennent de différentes communautés dans le bassin du Rio Xingu, situé dans la région sud-est de l’Amazonie brésilienne – une zone clé en termes de biodiversité au Brésil. Comme l’explique Lívia, en aidant à encourager le commerce régénératif dans la région, on aide aussi à préserver les communautés indigènes et la forêt tropicale. “Le territoire du Rio Xingu est un indicateur conséquent de la diversité environnementale en Amazonie brésilienne : il constitue l’un des ensembles les plus vastes de zones protégées interconnectées dans le monde. Sa diversité environnementale considérable englobe deux biomes (l’Amazonie et le Cerrado) qui incluent centaines de paysages forestiers et abritent plusieurs communautés aux cultures et langues variées. ”

La fève tonka est récoltée par des communautés Kapayos représentées par leurs trois ONG locales : AFP, Kabu Institute et Raoni Institute (www.institutoraoni.com.br). Les ONG Kapayos, en collaboration avec d’autres peuples traditionnels du bassin du Rio Xingu et leurs partenaires, ont mis en place un système intégré innovant de Certificat d'origine, dirigé par l’ONG Imaflora et appelé Origens Brasil. La vente des fèves tonka ramassées pendant la saison sèche (juin à septembre) constitue un revenu alternatif important pour les communautés.

Les fèves tonka tombent du haut de la canopée et sont ramassées sur le tapis forestier. On les fait ensuite sécher au soleil : c’est à ce moment-là qu’elles prennent leur couleur brune. Les fèves tonka exhalent une odeur d’épice sucrée, qui rappelle celle de la vanille. Après avoir séché, elles sont rassemblées et stockées dans les villages locaux, où elles sont ensuite emballées et envoyées à Lush UK.  

Chez Lush, nous achetons les fèves tonka directement aux communautés qui les récoltent, pour éviter tout intermédiaire qui se réserverait une part du bénéfice. Par ailleurs, nous tenons autant que possible à payer les communautés un certain montant à l’avance, plutôt que d’attendre que les biens soient expédiés. De cette façon, les communautés touchent leurs revenus aussi rapidement que possible, ce qui les encourage à poursuivre leurs activités annuelles et à continuer de cultiver la forêt. Vous pouvez maintenant profiter de vos produits préférés parfumés à la fève tonka tout en sachant que cet ingrédient aide aussi à établir un commerce régénératif et durable en Amazonie.