NOTRE SÉLECTION

Sur la terre des roses

Derrière l'huile essentielle et l'absolue de rose se cachent des siècles de culture des roses, une tradition chère au cœur d'Isparta, en Turquie — ville connue comme l'une des capitales de la rose dans le monde.

Tandis que le soleil se lève sur les champs de roses d'Isparta, les cueilleurs suivent leur court trajet habituel en tracteur à travers Yeşilyurt, une région collineuse juste au-dessus du niveau de la mer, où la brise rafraîchissante est bienvenue face aux fortes chaleurs. C'est l'heure idéale pour cueillir les roses : avant que le soleil ne prive les pétales de leur huile essentielle. Cueillir les roses à ce moment précis de la journée garantit une meilleure récolte.

Dès le petit matin, la nature est bien vivante dans les champs. Les abeilles et papillons pollinisent les plantes, et les coccinelles les protègent naturellement contre les parasites. Plus loin dans les collines, des tortues sauvages profitent du soleil. À cette altitude où l'eau est rare, les fruits et les légumes ne pourraient pas pousser. Mais le traditionnel rosier de Damas (Rosa damascena) est né pour survivre, et n'a besoin pour cela que d'engrais, ce qui permet d'économiser de précieuses ressources en eau.

Ce rosier, probablement introduit en Turquie depuis la Syrie par l'Empire ottoman, pousse dans la région depuis des siècles. On le trouve également en Bulgarie, mais cette altitude et ces conditions de croissance sont particulières à la Rosa damascena de Turquie.

Dans les champs

Halil a voyagé jusqu'à son village natal spécialement pour cueillir les roses. La plupart du temps, il travaille en tant qu'agent de sécurité en ville ; étant actuellement en vacances, il est venu aider sa mère à perpétuer la tradition familiale. Leur première activité de la journée a été de cueillir les roses dans leur propre champ, puis d'aider l'un de leurs voisins a faire de même.

Des cueilleurs expérimentés comme cette famille peuvent cueillir jusqu'à 100 kilos de rose par jour. Pendant que les pétales de rose reposent dans des sacs en attendant d'être livrés à la distillerie, ils commencent à fermenter, ce qui leur donne une fragrance unique et légèrement épicée.

Dans un autre champ à Senir, en Turquie, les roses sont cueillies par des réfugiés Syriens qui ont immigré en Turquie. Venus participer à ce travail saisonnier, ils touchent le même salaire que les cueilleurs turcs et bénéficient d'aides pour leur logement tout au long de leur période de travail.

"Nous avons besoin de travailleurs, donc nous les avons engagés, et nous avons essayé d'aider à améliorer leur situation", explique Hasan Kinaci, copropriétaire de l'entreprise familiale d'exploitation de roses qui achète 40% des roses d'Isparta. Le père de Hasan a fondé cette entreprise en 1985, et ses deux fils en ont ensuite repris les rênes.

"Nous n'essayons pas d'accomplir quelque chose de spécial. Nous les traitons comme s'ils étaient nés en Turquie. Ils sont aussi nos frères et nos sœurs", ajoute Hasan.

Avec le soutien de Lush, l'entreprise a aussi contribué à la construction d'une école primaire locale.

Le prix de l'huile essentielle de rose, comme de nombreuses autres matières, varie constamment. Il y a quelques années, une grande partie des champs de roses a été ravagée par le gel, d'où une hausse des prix considérable. Lorsque les populations locales ont constaté à quel point l'exploitation des roses pouvait être lucrative, de plus en plus de personnes ont commencé à planter leurs propres champs. À mesure que les cultures se sont multipliées, la valeur des roses à baissé. Si les prix continuent de baisser, les fermiers moins expérimentés abandonneront probablement la culture des roses, et le cycle repartira de plus belle.

Distillation de l'huile essentielle

À la distillerie de Senir, il faut environ deux millions de roses (collectées chaque jour dans plusieurs villages à travers la région) pour produire un kilo d'huile essentielle de rose — ce qui explique son prix de 8000 €. Plus de 3000 agriculteurs participent à la récolte chaque printemps, et 100 personnes travaillent à la distillerie pour produire l'huile essentielle et l'absolue de rose.

"L'huile essentielle de rose rappelle un peu le miel : elle est très robuste avec une senteur marquée. L'absolue est plus proche de la rose en elle-même", explique Hasan. "Personnellement, je préfère l'absolue à l'huile essentielle."

La distillerie toute entière est parfumée de la fragrance délicate des roses. Des centaines de sacs de roses arrivent depuis les cultures, et leur contenu est placé sur un convoyeur. Le processus de distillation à la vapeur libère des bulles d'huile essentielle dans l'eau. Il est suivi d'une deuxième distillation et d'un filtrage, puis le liquide obtenu est porté à ébullition. La distillerie prend soin de lutter contre le gaspillage : la rose est réutilisée, et les sommités fleuries usagées sont rendues gratuitement aux agriculteurs pour être utilisées comme compost.

La culture des roses est une tradition perpétuée à Isparta depuis des siècles, et l'une des plus importantes industries dans la région. L'entreprise familiale est aujourd'hui en pleine croissance et a entamé la construction d'une nouvelle usine pour soutenir sont développement. Tant que les champs de rose continueront de s'étendre, les traditions d'Isparta, qui incluent à la fois la participation des populations locales et des réfugiés, seront préservées.

The Rose Harvest A Delicate Process.txt

Commentaire (1)
1 Commentaire
Contenu apparenté (4)

Produits apparentés

4 éléments
rose jam web
Gel douche
Un baiser à la rose
10,95 €
100g
Pain moussant
Une vie plus rose et une peau plus douce
6,95 €
Pièce
Nettoyant frais
Nettoyant et apaisant
12,00 €
100g
rosie body spray gift
Cadeau
Dites-le avec des fleurs
49,95 €
Pièce