Livraison GRATUITE en 24h dès 60€ d’achat | Plus d’infos

NOTRE SÉLECTION

"Les droits dont nous disposons doivent être appliqués de la même façon sur internet."

Natasha Msonza travaille pour Digital Society Zimbabwe. Elle a elle-même été victime des effets d'une coupure délibérée d'internet, et se bat désormais pour protéger l'accès à l'information. Natasha craint "un avenir où les gouvernements pourraient couper l'accès à internet à des moments stratégiques, empêchant ainsi des communications et des opérations essentielles. Je tiens à combattre ce phénomène maintenant pour éviter un tel avenir."

Natasha s'exprime sur les points suivants :

Sa propre expérience en termes de coupures de l'accès à l'information

C'était le 6 juillet 2016, à Harare, capitale du Zimbabwe, lors d'un mouvement civique mené par un pasteur, facilité par des manifestations et une grève générale dans toute la nation. Ce mouvement pacifique visait à exprimer le mécontentement des citoyens concernant la façon dont le gouvernement gérait l'économie du pays. Le gouvernement a riposté en ordonnant aux fournisseurs d'accès à internet[internet service providers] et de services mobiles de bloquer certaines parties d'internet, notamment les réseaux et médias sociaux tels que Facebook, Twitter et WhatsApp. Pour les Zimbabwéens, ces services étaient le principal moyen de s'informer du développement du mouvement de protestation dans le pays. La coupure n'a duré que quelques heures, mais elle a causé d'énormes inquiétudes, particulièrement pour ceux qui ne pouvaient plus contacter leur famille. Même les services téléphoniques semblaient brouillés.

Cette coupure m'a empêchée de faire mon travail, car je travaille principalement en ligne. Je ne pouvais pas non plus communiquer avec ma famille et mes collègues. C'était pour moi une véritable coupure de l'information. C'était effrayant.

Pendant cet incident, je n'avais aucun moyen de localiser les membres de ma famille qui se déplaçaient en ville pour aller à l'école ou en revenir. J'imaginais toutes sortes d'horreurs, car on rapportait que des individus se faisaient battre et asperger de gaz lacrymogènes dans le centre-ville. Plus tard, ces récits ont été confirmés en images.

Le message qu'elle souhaite partager au sujet des droits des internautes

Les droits des internautes sont des droits humains. La possibilité d'accéder à l'information, d'en créer, de l'utiliser et de la partager en ligne est essentielle pour faire valoir notre liberté d'expression. Les droits dont nous disposons en règle générale doivent être appliqués de la même façon sur internet.

L'avenir des droits des internautes

Je pense que l'avenir des droits des internautes dépend, aujourd'hui plus que jamais, de notre vigilance et de notre capacité à combattre les comportements qui visent à perturber délibérément la circulation des informations en ligne. La tendance grandissante des coupures délibérées d'internet, particulièrement en période d'élections ou de procédures politiques, laisse présager un avenir où les citoyens risquent de ne plus avoir de voix, en l'absence d'une intervention immédiate.

Les raisons pour lesquelles le droit à l'information doit être préservé

Je crois que les dommages collatéraux pour l'économie et du danger pour les droits humains qu'impliquent les coupures délibérées d'internet sont des questions qui ont déjà été abordées en détail : aussi, les gouvernements gagneraient à tirer des leçons des cas déjà observés. Les coupures délibérées d'internet sont une réaction extrême à des situations qui peuvent être gérées différemment.

Pourquoi il est particulièrement important aujourd'hui de protéger l'accès à l'information 

Ce qui m'inquiète particulièrement, c'est qu'il s'agit d'une tendance grandissante parmi les gouvernements africains, et que nos prochaines élections présidentielles et législatives auront lieu en 2018. À moins de trouver une solution ou de prendre une décision à l'échelle mondiale pour préserver l'accès à l'information, nous seront très probablement victimes, nous aussi, d'une coupure délibérée d'internet. Notre gouvernement a vu les gouvernements d'Ouganda et d'Éthiopie le faire et s'en sortir impunis. Il a lui-même tâté le terrain en juillet 2016. En 2018, nous aurons de vrais problèmes.

Cet article a été réalisé dans le cadre de la campagne Keep It On en partenariat avec l'association Access Now. Access Now et Lush encouragent le public à protéger l'accès à l'information en faisant passer le message : #KeepItOn. Pour participer, signez la pétition avant le 7 décembre 2016, ou utilisez la bombe de bain Error 404 (tous les bénéfices réalisés grâce aux ventes de cette bombe de bain sont reversés à Access Now et à des activistes numériques locaux).

Commentaire (1)
1 Commentaire