NOTRE SÉLECTION

À la découverte des parfums : pourquoi décrire une fragrance est un défi émotionnel

"Comment capturer l'essence d'une fragrance et le sentiment qu'elle vous inspire ? Il faut avant tout développer votre propre lexique de la parfumerie, basé sur votre expérience personnelle", écrit Sue Kim.

 

L'un des plus grands défis, lorsqu'on écrit à propos des parfums, est de trouver les mots justes pour décrire ce que perçoit votre nez. Comme pour toute autre forme d'art, l'interprétation diffère en fonction du public (qui respire le parfum), et il est donc très difficile de trouver une description unifiée qui permettra de décrire ces œuvres d'arts olfactives par des mots qui parleront à tout le monde. Je me suis souvent demandé pourquoi.

 

Au début, quand je parlais des parfums avec mes amis, je commençais par des descriptions très générales, reposant sur les catégories de fragrances auxquelles correspondait le parfum en question ; je disais par exemple : "Ce parfum a une senteur très herbacée, très fraîche, très florale". Au départ, mon vocabulaire en la matière n'était pas très riche, mais après m'être ouverte aux autres à ce sujet et après avoir lu beaucoup de livres et d'articles au sujet des parfums, j'ai pu le développer de façon à exprimer avec plus de précision les impressions que nous inspirent les fragrances.

 

Mais peut-on vraiment discuter en profondeur au sujet des parfums même en ayant trouvé les bons mots pour décrire une senteur ? Même avec un vocabulaire très riche, j'ai toujours eu l'impression d'être bloquée dans une seule dimension, en me limitant à une description technique des notes et des composants d'une chose pourtant si chargée d'émotions. Apprécier un parfum va bien au-delà du fait de reconnaître les huiles essentielles qui le composent ; ce n'est pas un bingo où il faut cocher les cases pour montrer à quel point on s'y connaît en parfumerie.

 

Une fois que mon cerveau a analysé ce que contient un parfum, le vrai défi réside dans la description des sentiments qu'il m'inspire. Après tout, la vraie beauté d'un parfum, c'est l'impression qu'il nous donne sur le moment et, pour moi, la capacité à communiquer cette impression aux autres. Cet aspect fait partie intégrante du dialogue complexe autour des parfums, qui fait de la parfumerie un art à part entière.

 

Je suis de nature analytique, et c'est peut-être ce qui m'a compliqué la tâche. Peut-être, j'en ai conscience, devrais-je arrêter de disséquer les notes d'un parfum et plutôt apprécier son résultat final tel qu'il est. Je crois que de nombreuses difficultés que l'on rencontre quand on essaie de parler des parfums se retrouvent, en quelque sorte, dans d'autres intérêts tels que la dégustation de vin. Je me suis récemment aventurée à la découverte de l'univers des vins fins, et je dois avouer que c'est un milieu plutôt intimidant. J'ai commencé à y faire la même chose que ce que je fais en parfumerie : j'essaie de reconnaître les différents fruits et nuances que perçoivent mes papilles. Et, comme en parfumerie, le large choix de vins aujourd'hui disponibles sur le marché rend cette tâche bien plus difficile.

 

J'apprécie le fait que le coût d'un produit (qu'il s'agisse d'un vin ou d'un parfum) ne détermine pas s'il me plaît ou non, mais je rencontre quand même les mêmes difficultés à exprimer les complexités d'un vin que celles d'un parfum. Il me semble que pour bien décrire un parfum, ou un vin, l'important n'est pas de savoir comment il a été créé, mais de pouvoir exprimer l'impact qu'il a sur nous.  

 

Je me demande combien de personnes partagent cette impression. Pourquoi l'industrie du parfum exige-t-elle que nous parlions des fragrances de manière aussi scientifique, alors que l'un des grands atouts des parfums est qu'ils évoquent chez nous des émotions, que nous le voulions ou non ?

 

Pourquoi ne pouvons-nous pas parler de parfumerie avec autant de liberté que nous parlons de musique ? Je n'ai jamais disséqué une chanson pour déterminer sa tonalité ou ses accords, mais dès que je dois décrire un parfum, j'éprouve cet étrange besoin de faire état de mes connaissances avant toute chose.  

 

La meilleure façon de discuter d'un parfum, c'est d'être ouvert.e et prêt.e à exprimer ses émotions — et c'est précisément, selon moi, le plus grand défi. Si un parfum nous rappelle l'un de nos premiers amours qui nous a brisé le cœur, peut-on en parler ouvertement ? S'il nous rappelle un autre parfum qu'une grand-mère décédée possédait de son vivant, peut-on l'avouer sans être submergé.e par la nostalgie et le deuil ?  

 

Bien sûr, les parfums expriment aussi des souvenirs positifs. Si une fragrance vous rappelle un bon souvenir, n'hésitez donc pas à partager cette information ; c'est ainsi que vous rendrez justice au parfum en tant que moyen d'expression des sentiments à part entière. C'est un dialogue qu'il faut d'abord avoir avec soi-même avant de le partager avec autrui, mais une fois que vous aurez passé ces premières étapes, votre vocabulaire se sera développé et vous pourrez vous exprimer avec honnêteté, pour faire comprendre aux autres les sentiments qu'une fragrance donnée vous inspire.

 

Sue Kim est une Coréano-américaine passionnée de parfum, qui vit aujourd'hui au Royaume-Uni. On la trouve souvent à Londres, où elle coordonne des expériences parfums et participe à des événements centrés sur la parfumerie.

 

La meilleure façon de discuter d'un parfum, c'est d'être ouvert.e et prêt.e à exprimer ses émotions — et c'est précisément le plus grand défi.

Commentaire (1)
1 Commentaire
Contenu apparenté (4)

Produits apparentés

4 éléments
Exclu Web
Love
Parfum
Du sucre, des épices…
40,00 €
30ml
Épuisé
over and over lush labs perfume
Parfum
Il faut savoir rendre ce qu'on nous donne
25,00 €
30ml
Exclu Web
Dear John
Parfum
Un hommage rassurant sous forme de parfum
35,00 €
30ml
Épuisé
two more hearts lush labs perfume
Parfum
Au-delà du point de non-retour
39,00 €
30ml