NOTRE SÉLECTION

FAQ AVF : Pourquoi proposer plus de repas végés dans les cantines ?

Du 15 au 19 mai, nous organisons une opération pour soutenir, grâce aux ventes de Charity Pot, le projet Végécantines, mis en place par l’AVF (Association végétarienne de France), qui lutte pour plus de repas végés dans la restauration collective française – notamment en s’assurant que la loi Cazebonne, qui impose un menu végétarien par semaine dans les cantines scolaires, sera bien appliquée à son entrée en vigueur fin 2019. Mais quels sont les avantages d’une alimentation plus végétale dans les cantines ? Réponses en FAQ…

L’alimentation végé est-elle suffisante ? Peut-on rester en bonne santé en mangeant végétarien ou végétalien tous les jours ?

Rappelons avant tout que l’être humain n’est pas carnivore, mais « adaptivore » , c’est-à-dire capable de trouver les nutriments dont il a besoin dans une variété d’aliments dont aucun est indispensable, même la viande ou le poisson. L'Académie de nutrition et de diététique des États-Unis affirme qu'il est tout à fait possible d'avoir une alimentation 100% basée sur les végétaux tout au long de sa vie, y compris pendant l'enfance, pour peu que l'on se supplémente en vitamine B12 – mais ne vous inquiétez pas, c'est beaucoup plus facile que cela en a l'air ! Selon plusieurs institutions et associations d’experts à l’international, une alimentation principalement végétale, sans viande ni poisson, suffit à répondre aux besoins des enfants en pleine croissance, que ce soit en fer, protéines, calcium, vitamines, etc. Enfin, comme le rappelle Sébastien Demange, médecin et membre de l’AVF, en France, « nous ne souffrons pas de nos carences mais bien de nos excès ». 37% des adultes et 13% des enfants français·e·s présentent des problèmes de surpoids, dus au manque d’activité physique et à une alimentation trop riche en produit carnés, trop gras, trop sucrés ou trop salés.

Les menus végétariens dans la restauration collective coûtent-t-ils plus cher que les menus habituels ?

Selon une consultation menée par l’AVF auprès des acteurs de la restauration collective en France de fin 2017 à mi-2018, la confection de menus végétariens représente une économie de 10% sur le coût des matières premières dans le cadre de la restauration autogérée et en moyenne aucun surcoût dans la restauration externalisée. Tout surcoût éventuel est en fait lié à l’augmentation de la fréquentation des cantines lors de l’introduction de menus végétariens. D’après un reportage de France 3 Régions, Lille, première ville française à servir deux repas végétariens par semaine dans les cantines, économise par exemple 30 centimes par repas végétarien.

Les alternatives végétales sont-elles réellement meilleures pour la planète que la viande ou le poisson ?

Oui – avant tout parce que l’élevage et la surpêche ont des conséquences désastreuses pour le bien-être des animaux et pour l’environnement : déforestation, dégradation des sols, perte de la biodiversité… La viande, le poisson, les œufs et les produits laitiers représentent seulement 37% de nos protéines et 18% de nos calories, mais sont responsables d’environ 56 à 58% des émissions de gaz à effet de serre sur l’ensemble de la chaîne alimentaire, et utilisent plus de 80% des terres arables dans le monde. En remplaçant une grande partie des protéines animales par des alternatives végétales (et le plus possible à base de produits locaux), nous faisons un geste considérable pour la planète.

La loi Cazebonne imposera un menu végétarien par semaine dans les cantines scolaires à partir du 1ernovembre 2019. Ce menu végé hebdomadaire sera-t-il obligatoire pour tou·te·s les enfants / adolescent·e·s qui mangent à la cantine, ou facultatif ?

Le repas végétarien hebdomadaire sera bien obligatoire – aucune alternative à base de viande ou de poisson ne sera proposée le jour du menu végé. Comme le précise l’exposé sommaire de la loi Cazebonne, « une diversification des protéines dans l’alimentation constitue un chemin important dans la voie de la transition écologique qui s’avère chaque jour plus urgente. L’école peut et doit jouer le rôle important d’initier les enfants à la possibilité de manger sainement tout en diversifiant l’origine des protéines consommées. » Le succès de la loi se mesurera ainsi non pas en fonction du menu choisi par les enfants/adolescent·e·s, mais de la fréquentation des cantines scolaires le jour où le menu végé sera proposé dans la semaine, et des effets en termes de gaspillage.

Les usager·ère·s qui n'aiment pas les légumes ne vont plus rien manger, c’est du gâchis !

À l’heure actuelle, la viande et le poisson représentent la moitié du gaspillage alimentaire dans les cantines. En proposant un menu « sans viande », la ville de Toulouse a d’ailleurs économisé 300 000 € par an. D’autre part, l’alimentation végétarienne est très complète, loin de se composer uniquement de légumes, et plus appréciée que le portent à croire les idées reçues : 11% des 16–25 ans sont végétariens ou végétaliens, et 18% des 25–49 ans envisagent de devenir végétariens. Les menus végés peuvent s’avérer très attractifs à condition qu’ils soit bien préparés, bien présentés et respectent l’avis des usager·ère·s (comme le prouve le succès des menus végétariens dans la ville de Lille) ; c’est pourquoi selon l’AVF, Greenpeace et la FCPE, il est important que les enfants soient associés aux séances de dégustation et à l’élaboration des menus dans les cantines.

Pourquoi imposer un repas végétarien par semaine et non un repas végétalien ? Pourquoi un par semaine et pas un par jour ?

L’idée est de procéder pas à pas pour une transition progressive, en espérant que la loi continuera d’évoluer à l’avenir. Par ailleurs, à l’heure actuelle, rien n’empêche que le menu végé hebdomadaire soit végétalien : par exemple, un grand nombre de villes qui ont adopté l’option végétarienne quotidienne, pour éviter l’hyper-prévalence des œufs et du fromage, ont mis en place des plats exclusivement à base de protéines végétales. La présence de menus végétaliens dépendra de chaque service en charge de la cantine.

Que faire si la cantine où mon enfant va / où je vais ne respecte pas la loi ?

L’un des objectifs du projet Végécantines est d’accompagner les usager·ère·s dans la transition vers une alimentation plus végétale, de les informer et de leur donner des outils pour faire valoir leurs droits si ceux-ci ne sont pas respectés. Si votre cantine ne respecte pas la loi, nous vous invitons à consulter les sites web de Végécantines et de l’AVF, qui mettent à votre disposition des FAQ, dossiers et formulaires de contact pour vous aider.

 

Pour soutenir la campagne Végécantines, achetez la Crème pour le corps et les mains Charity Pot entre le 15 et le 19 mai. 100% des ventes en ligne (hors TVA) serviront à financer cette campagne.

Prenez soin de votre peau tout en faisant un bon geste : aidez-vous à faire en sorte que l'alimentation végé dans les cantines soit un succès !

 

Références :

6 bonnes raisons de proposer des menus végés à la cantine (livret AVF/Greenpeace)

Mon enfant a-t-il besoin de viande pour bien grandir ? (livret AVF/Greenpeace/FCPE)

www.vegecantines.fr

Commentaire (1)
1 Commentaire
Contenu apparenté (2)

Produits apparentés

2 éléments
Crème pour le corps et les mains
Profondément généreuse
5,00 €
45g
A orange gift box wrapped in a yellow and silver ribbon as seen from the front
Cadeau
Illuminez la journée de quelqu'un
22,95 €
Pièce