NOTRE SÉLECTION

Coton de Fukushima : cultivons le changement

En 2011, au Japon, la région de Fukushima a été dévastée par un séisme et une catastrophe nucléaire. Six ans plus tard, ses habitants ont commencé à reconstruire leurs vies, notamment en produisant un coton japonais bio, utilisé pour créer les deux nouveaux Knot wraps de Lush : Koi et Mixed Fruit. 

Le séisme qui a frappé la côte orientale du Japon, ainsi que les autres catastrophes qui en ont découlé, ont particulièrement compliqué l'agriculture dans la région de Fukushima. Le tsunami et la catastrophe nucléaire ont augmenté la concentration de sel dans les terres, rendant plus difficiles les cultures traditionnelles. Le coton, par contre, est résistant à ce type de pollution et pousse de manière saine même sur des terrains riches en sel.

Pour réagir face à cette situation, la coopérative d'entreprise Otento Sun s'est attribuée pour mission de cultiver du coton sur les terres arables abandonnées et ainsi rendre aux agriculteurs leur capacité à produire des cultures et générer des revenus. Le coton Bicchu Brown cultivé par les agriculteurs de Fukushima est originaire du Japon et d'une sûreté indéniable. En effet, chaque culture produite à Fukushima est soumise à des tests pour vérifier le taux d'irradiation auquel elle pourrait avoir été exposée, et seules les cultures pour lesquelles le niveau d'irradiation est au-dessous du seuil standard sont autorisées à la vente. Cette année marque la cinquième récolte de ce fameux coton.

Outre cette remise sur pied après la catastrophe nucléaire, la culture du coton à Fukushima touche aussi bien d'autres enjeux. Les agriculteurs et les membres d'Otento Sun tiennent à préserver la tradition de la culture du coton Bicchu Brown japonais, et à réduire l'usage des pesticides habituellement très répandu dans la production du coton.

"Le coton est l'une des cultures les plus dangereuses pour l'environnement sur terre, mais en même temps l'une de celles que nous utilisons le plus dans notre vie quotidienne", explique Emiko Yoshida, directrice d'Otento Sun.

Qu'on s'en rende compte ou non, le coton est partout : dans les vêtements que nous portons, les draps avec lesquels nous faisons nos lits, ou les sacs dans lesquels nous transportons nos affaires. Pourtant, même si nous utilisons le coton tous les jours, la plupart d'entre nous n'en savons que très peu sur la façon dont il est produit.

Le coton est considéré comme l'une des cultures les moins propres du monde, à cause du taux élevé de pesticides utilisé pour sa production. Otento Sun prouve non seulement que le coton peut être cultivé de manière sûre à Fukushima, mais aussi qu'en utilisant des graines bio et sans OGM, on peut produire un coton de bonne qualité sans utiliser aucun pesticide.

Le coton Bicchu Brown cultivé par Otento Sun est utilisé au Japon depuis l'époque de Heian (794-1185). Contrairement au coton occidental, et comme son nom l'indique, il produit une matière de couleur brune. Les fibres du coton japonais sont plus courtes, ce qui signifie qu'elles sont plus difficiles à tisser que celles des cotons blancs. Otento Sun mélange le coton japonais à un coton blanc occidental pour obtenir de superbes fils couleur crème. Ce coton traditionnel a non seulement permis de régénérer les terres arables et l'activité agricole à Fukushima, mais aussi d'améliorer la qualité de la production de coton au Japon.

En outre, cette initiative a encouragé les communautés à travailler ensemble et à tisser des liens plus forts les unes avec les autres. La régénération reste en cours dans la région de Fukushima, mais des projets tels que celui d'Otento Sun permettent aux populations de s'assurer un avenir plus sûr et plus heureux, pour elles-mêmes comme pour leurs familles.

"Nous espérons que ce coton bio sera utilisé partout dans le monde", déclare Emiko. "La reconstruction et la régénération de Fukushima sont nos objectifs. Notre projet n'est qu'un premier pas, mais nous sommes convaincus que nous pourrons atteindre ces objectifs en introduisant tous ensemble un peu de changement dans notre vie quotidienne. Tout cela peut commencer avec les Knot wraps."

Nous accordons la plus haute importance à la sûreté de nos clients et des matériaux que nous utilisons. En conséquence à la catastrophe nucléaire de Fukushima et conformément au règlement d'exécution (UE) no 351/2011 de la Commission européenne, tous les aliments importés depuis le Japon vers l'Union européenne doivent répondre à des critères précis en termes de niveaux de radionucléides. Nous avons suivi la même démarche pour le coton utilisé dans la fabrication de ces Knot wraps : des échantillons ont été testés au Royaume-Uni et le laboratoire n'a détecté la présence d'aucune radiation au-dessus de sa limite de détection (Limit of Detection ou LOD).

Commentaire (1)
1 Commentaire

Meg

à propos de 11 mois

Merci pour cet article. J'ai été surprise par la provenance du coton, j'ai voulu en savoir plus. Je suis très contente d'avoir pu en apprendre plus et ainsi, en apprendre plus aux autres :)